“En côtoyant Geneviève de Gaulle-Anthonioz, j’ai pris conscience que j’existais”

Img journal atd

Abonnez-vous au journal d’ATD Quart Monde !

Et recevez de nos nouvelles chaque mois dans votre boîte aux lettres, tout en soutenant nos actions via votre abonnement.

À l’occasion du centenaire de la naissance de Geneviève de Gaulle-Anthonioz, présidente d’ATD Quart Monde de 1964 à 1998, Gérard Lecointe, militant Quart Monde du Val-d’Oise, livre ses souvenirs avec “cette grande dame”.

Dans son petit appartement de Saint-Ouen-l’Aumône, en évidence sur sa table, Gérard Lecointe a un album photos qu’il regarde régulièrement. Il retrace les nombreux événements auxquels il a participé avec ATD Quart Monde depuis une trentaine d’années. Gérard le montre avec fierté et, pour chaque cliché, cite une anecdote. Dans cet album, il manque cependant une photo, prise avec la personne qui, selon lui, a “changé sa vie”, Geneviève de Gaulle-Anthonioz.

Chaque détail des moments passés avec elle semble être gravé dans sa mémoire. Il a donc préféré que les photos soient conservées au Centre international d’archive et de recherche Joseph Wresinski, à Baillet-en-France. “Je l’ai rencontrée lors d’une Université populaire Quart Monde. Cela a été une libération pour moi, l’ouverture d’un chemin pour avancer, ne plus regarder derrière et pour faire avancer les autres”, se souvient-il.

Relever la tête et avancer

C’était en 1988. L’année précédente, à 38 ans, Gérard s’est installé pour la première fois de sa vie dans son propre logement. Il a commencé à se reconstruire physiquement et moralement, après une longue période d’errance, qui l’a conduit pendant quelques années à vivre dans les bois, dans le dénuement le plus total. Geneviève de Gaulle-Anthonioz est alors présidente d’ATD Quart Monde. Depuis sa rencontre, en 1958, avec Joseph Wresisnki et les familles du “camp des sans-logis” de Noisy-le-Grand, elle se bat pour le respect de l’égale dignité de tous les êtres humains. « En côtoyant cette dame, j’ai pris conscience que j’existais. Quand on n’est respecté de personne, et même pas de soi, on se demande pourquoi on vit. Elle ne regardait pas ‘le pauvre’, mais l’être humain qui était en face d’elle. »

Il se souvient d’une parole de la présidente du Mouvement qui l’a profondément touché et lui a “permis de relever la tête et d’avancer”  :  “Dans la vie, il ne faut jamais se poser de questions, mais il faut répondre aux questions qui se posent.” Lui qui avait connu, enfant, le « regard cruel des autres gamins », comme il le raconte dans son livre De pierre en pierre. Récit d’une venue au monde, s’ouvre peu à peu aux autres. Il apprend aussi à écouter, à accompagner “les gens qui viennent de partout et de nulle part, à les regarder avec respect, sans les juger, et à ne plus avoir peur”.

En parlant de Geneviève de Gaulle-Anthonioz, les souvenirs affluent. “Elle m’a fait aimer l’écriture et la lecture. Lors d’une Université populaire Quart Monde, elle avait fait venir des livres et nous pouvions en choisir un. Moi, j’ai pris un dictionnaire, car je n’en avais jamais eu dans ma vie. Je le serrais contre moi comme un trésor, parce que j’ai longtemps souffert d’un manque de savoir, de culture et d’éducation. Je voudrais que tout le monde ait la chance que j’ai eu de rencontrer Mme de Gaulle et tous les volontaires permanents comme Claude et Françoise Ferrand, Jean-Michel Defromont…” Gérard Lecointe se souvient aussi du jour où, hospitalisé, il reçoit un appel de la présidente du Mouvement. “‘Revenez vite, on a besoin de vous’, a-t-elle dit et j’avais les larmes aux yeux. Je savais que je n’étais pas tout seul.”

Faire tomber les barrières

Gérard Lecointe travaille par ailleurs pendant plusieurs mois avec la nièce du général de Gaulle sur la Loi d’orientation contre l’exclusion, promulguée en juillet 1998, un combat qu’elle retrace dans son livre Le secret de l’espérance. Il l’accompagne à l’Assemblée nationale, au Conseil économique et social et même à Matignon. Dans la salle de réception de l’Élysée, il est aussi au premier rang lorsqu’elle est décorée de la Grand-croix de la Légion d’honneur, en 1997. Une distinction qu’il juge amplement méritée pour cette femme qui “s’est employée toute sa vie, en France et en Europe, à faire tomber les barrières entre les peuples”.

Il se souvient aussi que “Geneviève de Gaulle-Anthonioz souffrait de voir la misère des autres. Elle avait vécu elle-même bien des souffrances, mais n’en parlait jamais“. Ce n’est qu’en 1998 qu’elle parviendra à trouver la force et les mots pour décrire sa captivité dans le camp de concentration de Ravensbrück, dans l’ouvrage La Traversée de la nuit. Le 27 mai 2015, il assiste, en pleurs, à l’entrée au Panthéon de « cette grande dame » qu’il considère comme sa “deuxième mère”. Aujourd’hui, elle l’accompagne “encore chaque jour” et, même s’il ne peut plus se déplacer pour aller aux Universités populaires, il estime que, grâce à elle et à tous les volontaires permanents, il a “eu une belle vie dans le Mouvement”. Julie Clair-Robelet

À l’occasion du centenaire de la naissance de Geneviève de Gaulle-Anthonioz, retrouvez tous nos articles sur son parcours et son action au sein d’ATD Quart Monde.

Photos : Sortie de la table-ronde à l’Assemblée Nationale sur la Loi d’orientation sur l’exclusion, avec Geneviève de Gaulle et, à sa droite, Gérard Lecointe, mars 1997 © Pierre Segondi, ATD Quart Monde

Gérard Lecointe chez lui en septembre 2020 © JCR, ATD Quart Monde

Laisser un commentaire

Partager

Quiz

En finir avec les idées fausses sur les pauvres et la pauvreté : le quiz !

1 / 9

En France, à combien est fixé le seuil de pauvreté ?

2023 atdqm ideesfausses assistanat

2 / 9

À combien s’élève le RSA pour une personne seule et sans enfant et avant déduction du forfait logement ?

2023 atdqm ideesfausses rsa

3 / 9

Il y a 20 ans, 20 % du budget dédié au RSA était alloué à l’accompagnement des allocataires. Selon vous a combien s'élève cette part aujourd'hui ?

2023 atdqm ideesfausses accompagnement

4 / 9

Quel pourcentage d’ayant-droits au RSA ne le demandent pas ?

2023 atdqm ideesfausses non recours

5 / 9

2023 atdqm ideesfausses chomage

6 / 9

A sa création en 1988, le RMI (ancêtre du RSA) avait été fixé à 49 % du SMIC. Selon vous, quel pourcentage du SMIC représente le RSA aujourd'hui ?

2023 atdqm ideesfausses rsavssmic

7 / 9

Les demandeurs d'asile peuvent percevoir les minima sociaux tels que le RSA.

2023 atdqm ideesfausses migrations

8 / 9

On estime que les émissions de CO2 des 10 % les plus aisés en France s’élèvent à 18,4 tonnes par an. A combien s'élèvent celles des 10% les plus modestes ?

2023 atdqm ideesfausses ecologie

9 / 9

Quelle part du budget de la protection sociale est aujourd'hui dédiée à la lutte contre la pauvreté ?

2023 atdqm ideesfausses protection sociale

Votre note est de

The average score is 62%

0%

Ceci se fermera dans 0 secondes

2023 journee mondiale du refus de la misere miniature atdqm

Emploi décent : testez vos connaissances !

1 / 7

2 / 7

3 / 7

4 / 7

5 / 7

6 / 7

7 / 7

Votre note est de

The average score is 0%

0%

Ceci se fermera dans 0 secondes

Vous interpellez

sur X

.,

Ceci se fermera dans 0 secondes

Ceci se fermera dans 0 secondes

Vous interpellez

par Email

« * » indique les champs nécessaires

Ceci se fermera dans 0 secondes

Inscription à la newsletter