À lire pendant le confinement

Img journal atd

Abonnez-vous au journal d’ATD Quart Monde !

Et recevez de nos nouvelles chaque mois dans votre boîte aux lettres, tout en soutenant nos actions via votre abonnement.

Pour s’évader un peu pendant le confinement, les membres d’ATD Quart Monde ont accepté de parler de leurs lectures. Plusieurs d’entre eux ont choisi d’évoquer des ouvrages sur la prison.

 

Derrière la seizième porte. Une classe pour s’évader dans la prison

Françoise Leclerc du Sablon, Éditions L’Harmattan, 2015, 144p. 14,50 €

Françoise Leclerc du Sablon, alliée d’ATD Quart Monde, raconte le franchissement des seize portes de la prison avant d’arriver dans sa classe et ce qu’elle a mis en place pour que des femmes en milieu carcéral puissent s’exprimer et participer en confiance. Ce qui m’a plu dans ce livre, c’est le courage de femmes pour arriver à être en confiance pour exprimer un fragment de leur parcours. La prison est une choses difficile à vivre. Quand quelque chose bouscule la vie, il faut, je pense, le courage d’affronter ce qui suivra après. Un livre touchant, fait d’histoires de réalité. Lucienne Soulier

 

Carnets de prison ou l’oubli des rivières

René Frégni, Gallimard, 48 p., 3,90 €

Ce petit livre m’a fait découvrir René Frégni. Il écrit à propos des ateliers d’écriture qu’il anime depuis 25 ans dans les prisons marseillaises, en particulier les Baumettes. C’est magnifique et passionnant. « J’ai essayé de parler de mon travail, si modeste, dans les prisons, du rôle de livres, des mots et de l’amour, de mon impuissance face à ces montagnes de misère et d’injustice qui s’accumulent et annoncent des jours sans doute barbares. » « Que s’est-il passé pour qu’une partie de la jeunesse se trouve dans un tel état de perdition, moyée dans l’illettrisme, la drogue et la violence… Lentement, honteusement, se sont constitués d’un côté une élite sociale et culturelle et de l’autre d’immenses ghettos de misère et d’illettrisme… » Pierre Saglio

 

Tous les hommes n’habitent pas le monde de la même façon

Jean-Paul Dubois, Éditions de l’Olivier, Prix Goncourt 2019, 256p.,19 €

C’est le premier livre que je lis de cet auteur, et il m’a donné envie d’en lire d’autres ! Paul Hansen est en prison, à Montréal, pour deux ans. Il partage sa cellule avec Horton, un Hells Angel incarcéré pour meurtre, géant déroutant à la fois redoutable et fragile. Avec humour et tendresse, Paul nous décrit la vie à côté d’Horton, et en même temps, il raconte sa vie à lui, sa vie passée qui habite ses souvenirs et son cœur : son enfance à Toulouse, ses parents si différents, son père pasteur danois si touchant – et si fragile quand il perd la foi-, Winona, sa merveilleuse amie canadienne pilote qui l’emmène en plein ciel, au-dessus des nuages… Paul, homme bienveillant prêt à aider les âmes en détresse, mais dont la vie, un jour, a basculé…

Le monde que décrit Dubois est dur, la tragédie y rôde, la tristesse et la mélancolie l’habitent, le bonheur n’y est jamais acquis. Mais il y règne une humanité, une tendresse, une nostalgie, une aspiration à la droiture. Et l’humour y est toujours présent, antidote à la dureté de la vie. Il m’a infiniment touchée ! Catherine de Sairigné

 

Une amie de la famille

Jean-Marie Laclavetine, Gallimard, 2019, 192p., 18 €

Histoire vraie de l’auteur qui a perdu à 15 ans sa sœur Annie, âgée de 20 ans , emportée par une vague à Biarritz sous les yeux de sa famille le 1er novembre 1968.

50 ans après, l’auteur, poussé par les réflexions de sa fille et d’une nièce, réussit à lever la chape de silence total posée sur cet accident dont la famille n’a jamais pu parler. Seule trace une photo d’Annie sur la cheminée du salon familial. Les indices sont faibles, les témoins les plus importants ont disparu. Peu à peu les fils se tirent et se tissent pour faire se redessiner le portrait d’Annie.

Ce livre n’a pas de plan, les choses se disent et s’écrivent au gré des rencontres, des souvenirs qui remontent, le tout avec une très grande délicatesse. Réflexion intéressante sur la véracité des souvenirs sans mettre en doute la bonne foi des témoins. Très beau portrait du couple des parents à travers la lecture de leurs lettres d’époux séparés par la vie professionnelle. J’ai beaucoup aimé ce livre qui n’est pas triste malgré son sujet. Monique

 

Les bâtards du soleil

Eve de Castro, Éditions Olivier Orban, 558p., 1988, 10,9 €

Je ne sais pas bien lire, je ne peux pas lire un livre entier. Là, j’ai un bouquin que j’ai eu dehors, dans une boîte à livres de mon quartier. Il est très long. Ça parle des enfants du Roi Louis XIV. Il y a des passages tristes, les enfants sont malheureux; ça fait plus d’une semaine que je suis en train de le lire, c’est une histoire intéressante. Quand j’ai un mot que je ne comprends pas, je prends le dictionnaire, alors ça m’apprend. Et quand j’en ai marre, je fais autre chose, des mots mêlés, ou je prépare à manger, parce que j’ai pas envie de rester devant la télé toute la journée. Je lis comme ça, histoire de passer ma journée. Marcelle

Histoire d’un allemand, Souvenirs (1914-1933)

 Sebastian Haffner, collection Babel chez Actes-Sud, 448p., 2004, 9,70€

Un livre rédigé en 1939 alors que l’auteur a quitté l’Allemagne  pour l’Angleterre et qui sera découvert et publié après sa mort en 2000. C’est un témoignage très vivant sur sa vie en Allemagne entre la première guerre mondiale (il est né en 1907) et 1933, en montrant à chaque étape comment évolue la jeunesse, comment elle est préparée psychologiquement pour l’arrivée des nazis, comment ceux-ci entraînent les jeunes dans le « piège de la camaraderie ». Passionnant, dans un style très fluide. Annick Mellerio

Retrouvez ici d’autres livres conseillés par ATD Quart Monde

Laisser un commentaire

Partager

Quiz

En finir avec les idées fausses sur les pauvres et la pauvreté : le quiz !

1 / 9

En France, à combien est fixé le seuil de pauvreté ?

2023 atdqm ideesfausses assistanat

2 / 9

À combien s’élève le RSA pour une personne seule et sans enfant et avant déduction du forfait logement ?

2023 atdqm ideesfausses rsa

3 / 9

Il y a 20 ans, 20 % du budget dédié au RSA était alloué à l’accompagnement des allocataires. Selon vous a combien s'élève cette part aujourd'hui ?

2023 atdqm ideesfausses accompagnement

4 / 9

Quel pourcentage d’ayant-droits au RSA ne le demandent pas ?

2023 atdqm ideesfausses non recours

5 / 9

2023 atdqm ideesfausses chomage

6 / 9

A sa création en 1988, le RMI (ancêtre du RSA) avait été fixé à 49 % du SMIC. Selon vous, quel pourcentage du SMIC représente le RSA aujourd'hui ?

2023 atdqm ideesfausses rsavssmic

7 / 9

Les demandeurs d'asile peuvent percevoir les minima sociaux tels que le RSA.

2023 atdqm ideesfausses migrations

8 / 9

On estime que les émissions de CO2 des 10 % les plus aisés en France s’élèvent à 18,4 tonnes par an. A combien s'élèvent celles des 10% les plus modestes ?

2023 atdqm ideesfausses ecologie

9 / 9

Quelle part du budget de la protection sociale est aujourd'hui dédiée à la lutte contre la pauvreté ?

2023 atdqm ideesfausses protection sociale

Votre note est de

The average score is 62%

0%

Ceci se fermera dans 0 secondes

2023 journee mondiale du refus de la misere miniature atdqm

Emploi décent : testez vos connaissances !

1 / 7

2 / 7

3 / 7

4 / 7

5 / 7

6 / 7

7 / 7

Votre note est de

The average score is 0%

0%

Ceci se fermera dans 0 secondes

Vous interpellez

sur X

,

Ceci se fermera dans 0 secondes

Ceci se fermera dans 0 secondes

Vous interpellez

par Email

« * » indique les champs nécessaires

Ceci se fermera dans 0 secondes

Inscription à la newsletter