Au Salon des maires, ATD Quart Monde défend la “participation des plus pauvres à l’élaboration des politiques publiques”

Img journal atd

Abonnez-vous au journal d’ATD Quart Monde !

Et recevez de nos nouvelles chaque mois dans votre boîte aux lettres, tout en soutenant nos actions via votre abonnement.

Membre du département Écologie et grande pauvreté d’ATD Quart Monde, Bruno Rakedjian a participé mardi 16 novembre au Salon des maires et des collectivités locales, à Paris, dans le cadre d’une conférence intitulée “L’économie sociale et solidaire, levier de développement économique et de résilience à l’échelle locale”.

ATD Quart Monde était présent cette année au Salon des maires et des collectivités locales, qui réunit chaque année, à Paris, un grand nombre d’élus et de décideurs locaux. Interrogé sur la manière d’aider les collectivités locales à développer l’économie sociale et solidaire, Bruno Rakedjian, membre du département Écologie et grande pauvreté, a rappelé tout d’abord ce qui semble être une évidence, mais qui n’est pas forcément une réalité : “il faut appliquer la loi”. Il a ainsi évoqué l’article 1er de la loi d’orientation du 29 juillet 1998 relative à la lutte contre les exclusions.

Cet article rappelle en effet que “la lutte contre les exclusions est un impératif national fondé sur le respect de l’égale dignité de tous les êtres humains et une priorité de l’ensemble des politiques publiques de la Nation”. Le texte précise en outre que l’État et les collectivités territoriale “poursuivent une politique destinée à connaître, à prévenir et à supprimer toutes les situations pouvant engendrer des exclusions”.

Enjeux de la transition écologique

Pour Bruno Rakedjian, la lutte contre la grande pauvreté doit donc “toucher toutes les politiques publiques”. Il est cependant nécessaire de “s’assurer de la participation des plus pauvres à leur élaboration, à leur suivi et aux projets qui en découlent”. Parmi ces politiques publiques, il a notamment cité “les enjeux de la transition écologiques, avec des priorités et des urgences qui vont devoir se traduire par des projets sur les territoires”.

Il a détaillé les outils existants déjà au niveau local pour atteindre ces enjeux, comme le Plan climat air-énergie territorial, les plans de mobilité, les plans locaux d’urbanisme, le Schéma de cohérence territoriale, les plans de gestion des déchets… “Si on met en œuvre l’article 1er de la loi relative à la lutte contre les exclusions, on devrait trouver, à travers ces outilss un enjeu de lutte contre la grande pauvreté”, a-t-il expliqué. “Si on arrive à gagner ces enjeux, on réussira à créer de la résilience sur l’ensemble des territoires”, a-t-il conclu.

Bruno Rakedjian a par ailleurs décrit l’expérimentation Territoires zéro chômeur de longue durée, qui “change la vie des personnes et des territoires et recrée du lien social“. Un sujet également exploré dans une autre conférence du Salon des maires, à laquelle intervenaient deux autres membres d’ATD Quart Monde.

Revoir la conférence sur l’Économie sociale et solidaire et celle sur Territoires zéro chômeur de longue durée.


Photo : Bruno Rakedjian, membre du département Écologie et grande pauvreté d’ATD Quart-Monde, Maïram Sy, chargée de projets partenariats et acteurs économiques à l’Agence nationale de la cohésion des territoires et Marie-Odile Farineau, directrice développement économique à la SCET, lors de la conférence du salon des maires, mardi 16 novembre 2021. © ATD Quart Monde

Laisser un commentaire

Partager

Quiz

En finir avec les idées fausses sur les pauvres et la pauvreté : le quiz !

1 / 9

En France, à combien est fixé le seuil de pauvreté ?

2023 atdqm ideesfausses assistanat

2 / 9

À combien s’élève le RSA pour une personne seule et sans enfant et avant déduction du forfait logement ?

2023 atdqm ideesfausses rsa

3 / 9

Il y a 20 ans, 20 % du budget dédié au RSA était alloué à l’accompagnement des allocataires. Selon vous a combien s'élève cette part aujourd'hui ?

2023 atdqm ideesfausses accompagnement

4 / 9

Quel pourcentage d’ayant-droits au RSA ne le demandent pas ?

2023 atdqm ideesfausses non recours

5 / 9

2023 atdqm ideesfausses chomage

6 / 9

A sa création en 1988, le RMI (ancêtre du RSA) avait été fixé à 49 % du SMIC. Selon vous, quel pourcentage du SMIC représente le RSA aujourd'hui ?

2023 atdqm ideesfausses rsavssmic

7 / 9

Les demandeurs d'asile peuvent percevoir les minima sociaux tels que le RSA.

2023 atdqm ideesfausses migrations

8 / 9

On estime que les émissions de CO2 des 10 % les plus aisés en France s’élèvent à 18,4 tonnes par an. A combien s'élèvent celles des 10% les plus modestes ?

2023 atdqm ideesfausses ecologie

9 / 9

Quelle part du budget de la protection sociale est aujourd'hui dédiée à la lutte contre la pauvreté ?

2023 atdqm ideesfausses protection sociale

Votre note est de

The average score is 62%

0%

Ceci se fermera dans 0 secondes

2023 journee mondiale du refus de la misere miniature atdqm

Emploi décent : testez vos connaissances !

1 / 7

2 / 7

3 / 7

4 / 7

5 / 7

6 / 7

7 / 7

Votre note est de

The average score is 0%

0%

Ceci se fermera dans 0 secondes

Vous interpellez

sur X

,

Ceci se fermera dans 0 secondes

Ceci se fermera dans 0 secondes

Vous interpellez

par Email

« * » indique les champs nécessaires

Ceci se fermera dans 0 secondes

Inscription à la newsletter